la-presse-ecrite-au-cameroun--l-ere-des-revendications-d-independanceapproche-historique1

Les Européens au Cameroun

Le territoire de Cameroun fut connu des Européens vers la fin du XVIe siècle après le voyage de découverte qu'y fit Fernando Po en 1472.

Celui-ci nomma ce pays Camarão (=crevette, en portugais) ou Rio dos Camarões (= Rivière des Crevettes), en raison de l'extraordinaire abondance de crevettes qu'on y rencontre.

L’île de Fernando-Poo, au large de la côte camerounaise fut découverte en 1472 par un navigateur portugais du nom de Fernâo Do Poo. Des colons portugais venus de San Thomé l’occupèrent au début du XVIII ème siècle avant de l’abandonner aux espagnols en 1777.

Vers 1472, des Portugais résidant à Malabo aperçoivent le Mont Cameroun. Voulant l’atteindre, ils pénètrent dans l’estuaire du Wouri où ils trouvent beaucoup de crevettes. Ils appellent le Wouri « RIO DOS CAMAROES » ce qui signifie « rivière des crevettes ».

Le Cameroun passant sous la dépendance espagnole, Rio dos Camaroes devient « RIO DOS CAMARONES ».

Cameroun vient donc de Camarones ; nom qui fut d’abord donné à la ville de Douala avant de désigner tout le pays à partir du 1er janvier 1901.

Dès l'année 1700, on y trouve établies plusieurs factoreries.

Au début, trois puissances se battent au Cameroun pour le congrès Ottoman : les anglais, les Français et les allemands.

Les premiers à arriver sur le territoire Camerounais sont les britanniques ; qui débarquent dans l'embouchure du Wouri à Bonébéla (actuel Deido à Douala), le 10 Juin 1845. L'équipage est composé de missionnaires et commerçants menés par un jeune chef nommé Alfred Saker, pasteur anglais, missionnaire évangéliste baptiste de 30 ans. Ils sont bien accueillis par les autochtones qui leur offre une hospitalité généreuse.

En effet, le souverain de Bonakou, avait très tôt compris l'importance des nouveaux arrivants pour son peuple (assujetti et dépendant), et surtout leur volonté de s'installer durablement sur le territoire ; est allé plaider leur cause auprès de la "Cours Royale d'Akwa", qui leur donne officiellement l'autorisation de s'installer le 22 Juin 1845 ; date à partir de laquelle Saker s'installe définitivement avec ses équipes à Bonakou.

Bonakou devient rapidement le centre de rayonnement de la future ville de Douala.

Les 4 principales familles sont déjà fixées à leurs emplacement actuels :
> Les Akwa au "Centre" ;
> Les DeÏdo" à "l'Est" ;
> Les Bell" à "l'Ouest" et leur cousins
> Les "Bonabéri" de l'autre côté du fleuve.

C'est parmi ces populations que Saker opère son évangélisation, et trouve de la main d’œuvre locale (ouvriers, maçons, charpentiers, menuisiers, peintres, soudeurs, mécaniciens sont formés dans le tas). Dès qu'un emplacement de terrain lui eût été donné sur l'esplanade dominant les berges du wouri (actuel quartier du Temple du Centenaire), saker y construit une maison et y entreprend l'édification d'une chapelle. Le développement de la cité de Saker se fait dans le style occidental, Il y fit construire écoles et églises qui contribuent à la réunification des clans Duala en un seul peuple.

La 1ère église construite s’appelle "Béthel". En 1855, Saker consacre son 1er pasteur, qui s’appelle Johnson Horton. La communauté de Béthel grandie et compte une cinquantaine de membres baptisés communiants, change de statut d'église autochtone à "Native Baptist Church". Le 1er baptême célébré par saker dans les eaux du Wouri, ont eu lieu le 05 Novembre 1849; Le 1er camerounais baptisé l’apellait Bekina Bilé de Bonapriso. Il reçut pour nom de baptême "Smith". Dans ses actions d'évangélisation,  il traduit la bible en langue Douala.


              1ère église Béthel au Cameroun.


Le "Duala" est adopté comme langue nationale camerounaise et consacre les trois attributs juridiques de souveraineté :
> Un territoire commun
> Une population commune
> Une langue commune

Le Cameroun de Saker est une ville-Nation dans sa plénitude (Cameroon Town). Il fonde la ville de Victoria (aujourd'hui Limbé) en 1858. Inspiré par le pays, il tenta de convaincre le gouvernement britannique d'y fonder une colonie. De 1840 à 1860, les représentants et les consuls du gouvernement Anglais ont signés de multiples traités avec les Chefs Douala, l’influence Anglaise était grande sur les côtes Camerounaises où les missionnaires et les Commerçants jouaient auprès de Chefs locaux, le rôle d’arbitre et des conseillés, mais il n’avait jamais entamé une colonisation directe malgré le fait que les chefs locaux réclamaient la tutelle Anglaise.

En 1864, le Roi Bell écrit à la reine Victoria. En 1879 le Roi Akwa avec tout ces sous chefs en fond de même ; le 06 Novembre 1881, les deux Rois, Akwa et Bell se mettent ensemble pour écrire une lettre commune au premier Ministre Britannique, mais la réponse leur parviendra le 1er mars 1882 ou le Gouvernement Anglais refuse d’assurer le protectorat du Cameroun.

-----------------------------

Dès 1860 : Arrivée des Allemands. Début de la période coloniale.

Le 14 juillet 1884, le « Cameroon Towns » devenu « Kamerun »

Duala est la capitale du pays au début du protectorat allemand de 1885 à 1900. Il porte le nom Kamerun.

C'est par décret du gouverneur colonial allemand que par la suite la ville sera baptisée Duala en 1901. Cette même année, la capitale politique du pays changera de Duala à Buéa (1901-1909). Puis, Yaoundé deviendra le siège de nos institutions de 1909 à 1910.

Cameroun vient de Camarones mais, ce nom fut d’abord donné à la ville de Douala avant de désigner tout le pays à partir du 1er janvier 1901.