Réforme de l'Etat

>Une nouvelle cartographie politique camerounaise doit être établie. Les 10 provinces camerounaises sont issues de la géopolitique coloniale qui tentait de constituer les territoires sur la base d’hégémonie ou d’uniformité ethnique. Il faut faire sortir les camerounais des cadres géographiques de l’administration coloniale. Il me semble souhaitable de retracer le Cameroun et faire des régions qui soient des régions d’intégrations nationale avec une nouvelle architecture administrative en 5 grandes régions (ou État) seront proposés au débat lors de la grande conférence nationale de refondation.

>La réforme des institutions : En république on ne doit plus être reconnu en fonction des tribus. Tout individu naissant au Cameroun, doit être d’abord reconnu en fonction de son humanité, sa citoyenneté et tous ses autres attributs ou adhésions de la culture locale.

>La domination féodale : Il faut absolument débarrasser les chefs traditionnels de leurs fonction politique, pour leur redonner une fonction fondamentale de transmission de l’héritage et du patrimoine culturel. Les chefferies traditionnelles doivent redevenir les lieux de conservation du patrimoine culturel et non pas des lieux de subalternation de la société en complicité avec l’Etat prévaricateur. Il faut vider les chefferies traditionnelles de son contenu politique pour lui confier le travail conservation de mémoire et patrimonial. Rattacher les chefferies traditionnelles au ministère de la culture et non plus de l’administration territoriale.