atlas extreme nord 1-min

Premiers habitants du Nord Cameroun

Le Nord du Cameroun est peuplés de : Kotoko, Mandara, et Foulbés

Le pays Kotoko est mitoyen entre la frontière du Tchad et du Cameroun, il est situé entre le Baguirmi et le Kanem.
Du nord au sud, il comprend de nombreux petits royaumes : Missené, Ngala, Makari, Afadé, Maffaté, Goulféi, Mara, Kousseri, Tillam, Sangaïa et plus au Sud, Logone-Birmi. Chacune de ces cités avait son petit roi, mais tous dépendent des royaumes les plus puissants de Baguirmi et de Bornou. Les Kotoko ont tous pour ancêtre les SAO.

Le Mandara ancien a la forme d’un parallélogramme. A cheval sur les deux zones autrefois françaises et anglaises, il englobe le Nord-Cameroun oriental à l’ouest de l’ancien royaume Logone-Birmi. Vers 1715, les explorateurs musulmans arrivent dans le pays, et poussent les habitants à se convertir à l’islam. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les rois du Mandara doivent lutter sans cesse contre l’empire du Bornou et résister contre l’invasion Foulbé. Le Mandara fut à son apogée sous le règne du roi Boukar Guiama. (1773-1828)

Les Foulbés (ou peuls) ont une origine assez obscure. Une légende de l’Adamaoua dit qu’un certain UKBA, compagnon d’Omar, qui fut envoyé par Mohamed pour prêcher l’Islam dans le Royaume du Mali ; se maria à une princesse, fille du Roi Badiumanga. Ils eurent 04 (quatre) Fils : Ukba partit en pèlerinage à la Mecque, confia son épouse à un affranchi mais comme il tardait à revenir, cet affranchi épousa sa femme et ils eurent 05 (cinq) enfants. Les enfants d’Ukba furent les ancêtres des foulbés de pur sang, ceux de l’affranchi, les ancêtres des foulbé bâtards.

Les Maliens n’ayant pas accepté cette infidélité, chassèrent la nouvelle famille qui fut émigrée. Deux des enfants, Vaja et Rendi au bout d’un long voyage s’établirent dans l’Adamaoua. Ils furent les ancêtres des foulbés Vollarbé de Ngaoundéré et des Foulbé Illaga de Rey.