• Description

Mr Paul Biya, vit dans les meubles de l'administration camerounaise depuis pratiquement 60 ans !

C'est la garantie qu'elle pourra toujours s'approvisionner en matières premières stratégiques. C'est Louis Paul Aujoulat qui recommande Paul Biya, (étudiant de 3e cycle à Paris), au coeur de l'administration camerounaise.Monsieur Paul Biya, (encore AUJOURD'HUI président de la République en 2018); est arrivé et vit dans les meubles de l'administration camerounaise depuis pratiquement 60 ans !

La France met donc en place au Cameroun, une élite compatible avec ses intérêts c'est à dire :
> Le contrôle de la monnaie,
> Le contrôle des matières premières,
> Le contrôle des institutions politiques.

Globalement la garantie qu'elle pourra toujours s'approvisionner en matière premières stratégiques.

Ceux qui constituent cette élite, sont bien sûr :

> En 1960, le président Ahmadou Ahidjo, celui qui va proclammer l'indépendance (encadré par les accords de défense et les accords économiques avec la France).

> À partir de 1961, Ahmadou Ahidjo a comme collaborateur Paul Biya, recommandé par le maître à choisir les camerounais apellés à diriger le Cameroun, Louis Paul Aujoulat, l'un des plus anciens "colon français du Cameroun" ; qui est l'un des recruteurs de cette élite de collaboration.

C'est Louis Paul Aujoulat qui recommande Paul Biya, (étudiant de 3e cycle à Paris), au coeur de l'administration camerounaise, où il attérit comme haut cadre à partir de 1960-1961. Rendez-vous compte, Monsieur Paul Biya, (encore AUJOURD'HUI président de la République en 2018); est arrivé et vit dans les meubles de l'administration camerounaise depuis pratiquement 60 ans ! Il entre comme chargé d'études dans un cabinet ministériel, il se retrouve très vite au cabinet du président de la République, il évolue et va être secrétaire général de la présidence, puis en 1975, il est déjà premier ministre ; poste auquel il va rester jusqu'en 1982, recevant alors la présidence de la république du Cameroun (cadeau et sans effort), de son prédécesseur Ahmadou Ahidjo.