A la recherche de la joie intérieure - 5 août 2016

  • Description

Existe-t-il une attitude parfaite pour affronter la dépressivité de la vie quotidienne?

Comment trouver la joie intérieure, en ce monde terriblement agité et profondément insatisfaisant, sous plusieurs aspects?

Nous sommes sans cesse harcelés par des problèmes de toutes sortes: sociaux, économiques, culturels, politiques.
Et la vie nous impose d'essayer de leur trouver des solutions, plus ou moins solides. Tel est le sort de l'Humain:

Gagner son pain à la sueur de son front. On ne peut y échapper. Le travail ne transforme pas seulement les choses,
il transforme aussi la personne qui s'efforce. Il lui fait prendre conscience de la réalité, de la société.
Il en fait une personne humaine mûre.

Mais travailler, et même pouvoir résoudre nos différents problèmes ne suffit pas à nous épargner de l'angoisse existentielle.
Nous vivons bien souvent sans savoir pourquoi, pour qui, en vue de quoi, et même comment.

La vie la plus satisfaite comporte toujours une certaine dose, voire une dose certaine de non-sens. On peut s'ennuyer de vivre.

On peut en avoir, comme Sartre le disait, une certaine nausée, y compris parce qu'on est trop satisfait comme Hugo Barine,
l'enfant gâté de la pièce de théâtre "Les Mains Sales."

Regardez la dépressivité exceptionnelle des grands hommes politiques, des grandes stars de la presse people, des grands artistes,
de nombreux grands penseurs. Comment diantre trouver la paix intérieure, qu'on soit riche ou pauvre? En bonne santé ou malade?

J'ai cherché une réponse, dans toutes les religions, dans la plupart des philosophies et dans les conversations humaines.
Je n'en ai trouvé qu'une: pour trouver la paix intérieure, il faut parvenir, au fond de soi-même, à accepter la Vie,
telle qu'elle s'offre à nous, et à la vivre du mieux que nous le pouvons, sans rancoeur aucune, envers elle, ni personne.

Il nous faut réussir à ne nous emprisonner dans rien et à n'idolâtrer personne, sans tomber dans l'insouciance ou l'indifférence.
Vivre véritablement, c'est communier. Cette acceptation suprême, c'est en réalité la foi, cette idée simple que la Vie vient de
Très-Loin et va Très-Loin.

La Vie est une école à laquelle l'Absolu-Dieu, disent les croyants nous a inscrits par Amour, afin que dans ce lâcher-prise en profondeur,
nous découvrions l'Amour, avant qu'IL ne nous reprenne vers Lui.

Nous venons inconsciemment dans l'existence séparée. L'Idéal serait que nous quittions consciemment cette existence séparée, en vue du retour
face-à-face vers le Très-Loin et Très-haut qui nous a offert le monde et offerts au monde.

Je m'excuse de ne pouvoir être plus clair. Bon weekend à tous mes amis, aux quatre coins du cercle terrestre !

Franklin Nyamsi Wa Kamerun
5 août 2016 · Rouen