• Description

LE RÉGIME OUATTARA VIOLE LA LOI ET PERD LA CONSIDÉRATION DES DÉMOCRATES,
             RÉPUBLICAINS ET HUMANISTES AUTHENTIQUES.

Nous ne dénonçons pas en vain. Nous dénonçons pour mieux bâtir. Nous ne résistons pas en vain. Nous résistons pour mieux servir

Mon rejet de ce régime RHDP-RDR procède de quatre fondements :

1) Ce régime a régulièrement violé les droits de milliers de citoyens en détenant sans preuves ni procès des personnes innocentes. Les libérations de prisonniers politiques du 6 août 2018 ont révélé au monde 🌎 entier que la Côte d’Ivoire était devenue un Goulag et a tendance à devenir un pays où les caprices du Prince remplissent spontanément les prisons. Sans oublier la kyrielle de faux complots, de montage de milices criminelles, de brutalités électorales et de pratiques publiques grossières de népotisme et de clanisme.

2) Ce régime a régulièrement violé les droits sociaux et économiques des Citoyens en multipliant des conflits d’intérêt dans la gestion des entreprises publiques et des marchés publics. Au point que M. Coulibaly Non Karna, alors directeur de l’Agence Nationale de Régulation des Marchés Publics ( ARNMP) a plusieurs fois épinglé dans ses rapports les violations flagrantes des règles de gouvernance sous la responsabilité du régime. Sans qu’il y ait la moindre chance de poursuite contre les protégés du Clan au pouvoir ! Lisez les rapports de l’ARNMP!

3) Ce régime a régulièrement violé la règle sacro-sainte de la séparation des trois pouvoirs de l’Etat:

-En brutalisant l’Assemblée Nationale et le Sénat par des ordonnances illégales, des harcèlements et arrestations ciblées de parlementaires.

- En menaçant et mettant sous injonction les magistrats et donc le pouvoir judiciaire, tous forfaits révélés par les syndicats de magistrats ivoiriens outragés par cette violence gouvernementale contre les Institutions.

4) Ce régime a régulièrement, en se servant de Procureurs accroupis, entretenu ces dernières années une atmosphère de Terreur dans l’opinion en emprisonnant à tour de bras des journalistes, des internautes, des religieux, des objecteurs de conscience ; et en installant des hordes de grossiers personnages chargés d’abaisser au maximum par leur inculture crasse le niveau des débats dans les réseaux sociaux ivoiriens et africains. Ainsi, des tristement fameux 454, avec des manchots essayant de prendre leur courage à deux mains, comme Cissé Seint, Leila Ouatt, Lassina Dosso et autres commerçants-détaillants de haines au service aveugle du Prince de Céans. Par cette manœuvre, des millions de citoyens tremblent désormais de Peur 😨 avant de s’exprimer en Côte d’Ivoire 🇨🇮.

Des administrateurs de réseaux sociaux en viennent à censurer les libres consciences et à tolérer les menaces de mort proférées sur leurs plateformes par les militants stipendiés du pouvoir RHDP-Rdr. Par peur de représailles...

Oui, une énorme chape de plomb pèse sur le Grand Peuple de Côte d’Ivoire 🇨🇮. Nous sommes bel et bien en DICTATURE !
IL appartient donc à chacune et à chacun, d’abord de n’abandonner aucune de nos libertés fondamentales.

Ensuite, de multiplier des initiatives de réflexion et d’actions politiques réfléchies afin de sauvegarder et fructifier les libertés fondamentales gagnées par les nobles luttes du passé.
Enfin, il s’agit de se rapprocher des organisations de lutte citoyenne qui montrent le bon cap: l’Etat de droit, mais aussi La Réconciliation pour tous et par tous.

Nous ne dénonçons pas en vain. Nous dénonçons pour mieux bâtir. Nous ne résistons pas en vain. Nous résistons pour mieux servir.

Le sacerdoce de la liberté 🗽 et de la dignité des Ivoiriens assumé par le Leader Générationnel Guillaume Soro a pour nous cette orientation et cet horizon.

Voilà pourquoi, Guillaume Soro n’a rien à faire avec un Congrès conçu pour entériner une dictature en floraison et une déception incarnée : le RHDP-RDR.

C’est moi-même,
Professeur Franklin Nyamsi Wa Kamerun qui ai dit !

Paris, ce 23 janvier 2019.