L’Humain debout et le reptilien. 15.02.2019

  • Description

Regardez bien l’Ankh négro-égyptien. Vous y verrez un Humain debout, bras écartés en signe de liberté,
placé entre Ciel et Terre. "L’Humain debout pense ce qu’il dit, le reptilien pense en dépensant ce qu’on lui dit.

L’Humain debout dit ce qu’il pense, le reptilien dit ce qu’on pense pour lui.

L’Humain debout fait ce qui élève, le reptilien fait ce qui abaisse.

L’Humain debout fait ce qu’il pense et dit, le reptilien fait et dit sans penser ce qu’il pense et dit.

L’Humain debout vise ce qu’il y a de meilleur pour lui-même et pour tous les autres humains, le reptilien
cultive le pire en lui-même et autour de lui. Il jouit du chaos permanent en lui-même et autour de lui.

La suite...

c’est l’effort de perfectionnement de nos pesanteurs animales qui nous redresse en Humains, au fur et à mesure que nous approchons notre idéal personnel et collectif.

"L’Humain debout pense ce qu’il dit, le reptilien pense en dépensant ce qu’on lui dit.

L’Humain debout dit ce qu’il pense, le reptilien dit ce qu’on pense pour lui.

L’Humain debout fait ce qui élève, le reptilien fait ce qui abaisse.

L’Humain debout fait ce qu’il pense et dit, le reptilien fait et dit sans penser ce qu’il pense et dit.
Le reptilien croit que c’est l’érection, la jouissance et la violence qui font la force, l’Humain sait
que c’est l’élection, la sapience et la décence qui confèrent la vraie puissance.
 
L’Humain debout vise ce qu’il y a de meilleur pour lui-même et pour tous les autres humains, le reptilien
cultive le pire en lui-même et autour de lui. Il jouit du chaos permanent en lui-même et autour de lui.

L’Humain debout choisit le chemin de l’effort, du travail, de la méditation et de la quête de la Grâce,
cultive en toutes choses le goût du beau, du vrai, du juste et du Bien; le reptilien adore la paresse,
les âneries, la jalousie mesquine et tout ce qui divise ou déshonore la sainteté de la vie. IL a une
prédilection pour la souffrance gratuite infligée à l’Autre et ne se sent vivre que si les autres
souffrent de sa présence. C’est un sadique obsédé. IL ne se sent grandi que quand les autres sont écrasés.

Ainsi donc, finalement, nous naissons tous potentiellement reptiliens et potentiellement humains, mais
c’est l’effort de perfectionnement de nos pesanteurs animales qui nous redresse en Humains, au fur et à
mesure que nous approchons notre idéal personnel et collectif. Tous les hommes qui marchent ne sont pas
pour autant debout! Certains ne sont debout qu’en apparence, voire en puissance. Ceux qui le sont réellement
ont dès lors obligation de solidarité et de partage, afin de rester eux-mêmes debout! Car bien honteux et
triste est celui qui serait libre tout seul.

Et pour rester debout, un humain a besoin sans cesse de l’apport d’autres humains! Dans toute société humaine,
la verticalisation est l’Oeuvre essentielle.
Elle est d’autant plus difficile que les valeurs reptiliennes sont souvent les plus aisées à adopter, à pratiquer,
à reproduire et à transmettre, car elles nécessitent moins d’effort. La plus grande bataille de l’Humain a donc
décidément lieu, d’abord en lui-même. Regardez donc bien à présent l’Ankh négro-égyptien.

Vous y verrez bel et bien un Humain debout, bras écartés en signe de liberté, placé entre Ciel et Terre.
Imaginez ensuite l’Ankh allongé. Vous y verrez un reptile rampant. Un homme aplati, écrasé par les forces de la
pesanteur et de la matière. Et ensuite, choisissez et assumez celui que vous voulez être, avec toutes les
conséquences que vous connaissez".

Professeur Franklin Nyamsi Wa Kamerun, Rouen, ce 15 février 2019.